Thirteen Tales From Urban Bohemia (Limited Edition)
The Dandy Warhols (vinyle d’occasion)

Album vinyle d’occasion, rare, disque 33 tours, Thirteen Tales From Urban Bohemia de The Dandy Warhols, édition limitée, disques de couleur bleu et vert, maison de disque Schizophonic Records.

Note de version : Vinyl, LP, Blue, Vinyl, LP, Green, US, 10 Oct 2000.
Code EAN : 751937141716

Vendu avec cadre vinyle neuf, cadre en ABS injecté, système breveté Easy Frame®, fabriqué en France, insérez puis récupérez votre disque en quelques secondes pour l’écouter.
Vitre en plexiglas haute qualité optique.
Dimensions du cadre : 38 x 38 x 2 cm.

En savoir plus sur The Dandy Warhols
En savoir plus sur

“Thirteen Tales From Urban Bohemia” : Une Odyssée Psychédélique dans l’Âme d’une Époque

Au seuil du nouveau millénaire, un album a su capturer l’essence d’une époque en transition, un monde oscillant entre l’extase numérique naissante et les derniers feux d’une bohème qui se refusait à s’éteindre. Cet album, c’est “Thirteen Tales From Urban Bohemia”, troisième opus du groupe américain The Dandy Warhols, sorti en 2000.

Cet album, souvent considéré comme le magnum opus des Dandy Warhols, représente une mosaïque de genres, une fusion audacieuse de rock psychédélique, de pop, de folk et de shoegaze, le tout enveloppé dans une production à la fois riche et éthérée. C’est un voyage à travers treize pistes qui se fondent les unes dans les autres pour former une narration musicale, une sorte de roman sonore qui raconte les tribulations de l’urban bohemian, cet artiste des villes, à la fois enchanteur et désenchanté.

La genèse de cet album est ancrée dans le Portland de la fin des années 90, une ville qui était un creuset bouillonnant d’art et de culture alternative. Les Dandy Warhols, menés par le charismatique Courtney Taylor-Taylor, ont su s’inspirer de cet environnement pour créer une œuvre qui transcende les frontières musicales et temporelles. L’album s’ouvre sur “Godless”, une piste qui met la scène avec ses cuivres mélancoliques et son ambiance planante, établissant dès le début le ton contemplatif de l’album. C’est une méditation sur la perte de foi, non seulement dans un sens religieux mais aussi dans le sens d’une perte de foi en l’humanité et en soi-même.

S’ensuit “Mohammed”, une chanson qui flirte avec l’Orient, un hommage aux voyages et à la découverte, avec des guitares qui s’entrelacent en une mélodie hypnotique. La suite, “Nietzsche”, est une réflexion philosophique mise en musique, un rock dynamique qui s’interroge sur la pertinence des idées du philosophe allemand dans le monde contemporain.

L’album atteint un point culminant avec le single “Bohemian Like You”, une chanson qui, avec son riff de guitare accrocheur et son refrain irrésistible, est devenu un hymne pour toute une génération. C’est un portrait espiègle et ironique du bohème urbain, un miroir tendu à la culture pop qui se délecte de ses propres clichés. Cette piste est une critique voilée du consumérisme et de la superficialité, masquée derrière un air désinvolte et festif.

Mais “Thirteen Tales From Urban Bohemia” ne se limite pas à des hymnes pop. Il y a des moments de pure contemplation, comme “The Gospel”, une ballade qui semble suspendre le temps, ou “Sleep”, qui, avec ses nappes de clavier aériennes, invite à une introspection rêveuse. Chaque piste est une histoire, chaque note est un mot, chaque silence est une ponctuation dans le récit de cet album.

Le thème de la solitude traverse également l’album, notamment dans des morceaux comme “Big Indian”, où le narrateur semble regarder le passé avec une nostalgie non dénuée de regrets. Les paroles de Taylor-Taylor sont souvent introspectives, explorant les contradictions de l’existence moderne avec un mélange de sarcasme et de sincérité.

La production de l’album, assurée par Courtney Taylor-Taylor et Gregg Williams, est un élément clé de son identité. Il y a une qualité cinématographique dans “Thirteen Tales”, chaque piste étant conçue pour évoquer des images, des sensations, des atmosphères. Les arrangements sont soignés, jamais surchargés, permettant à chaque instrument de respirer, de prendre sa place dans le grand tableau sonore.

La diversité stylistique de l’album est frappante, passant du rock brut de “Get Off” à la douce mélancolie de “Country Leaver”. Cette variété crée une dynamique qui maintient l’auditeur en haleine, curieux de découvrir quelle sera la prochaine facette de cette bohème urbaine que les Dandy Warhols lui peignent.

La clôture de l’album, “The Gospel”, est un moment de réflexion, presque une élévation spirituelle après un périple à travers les hauts et les bas de la vie citadine. C’est une fin ouverte, une invitation à poursuivre le voyage, à continuer d’explorer les multiples facettes de nos vies bohémiennes urbaines.

“Thirteen Tales From Urban Bohemia” est plus qu’un simple album ; c’est une expérience, un état d’esprit, une fenêtre ouverte sur une époque révolue et pourtant si proche. En treize pistes, The Dandy Warhols ont su capter l’esprit d’une génération qui cherchait à se définir entre rêves de liberté et réalités d’une société en pleine mutation.

Vingt ans après sa sortie, l’album résonne toujours avec pertinence. Il parle à ceux qui cherchent un sens dans le chaos, qui aspirent à une vie moins ordonnée, plus authentique, plus colorée. The Dandy Warhols n’ont pas simplement créé une collection de chansons ; ils ont peint un tableau, écrit un poème, réalisé un film qui continue de capturer l’imagination des auditeurs, jeunes et moins jeunes.

“Thirteen Tales From Urban Bohemia” est un incontournable, non seulement pour les fans de musique alternative, mais pour quiconque s’intéresse à la culture de la fin du XXe siècle et à ses échos dans notre présent. C’est un album qui mérite d’être écouté et réécouté, chaque écoute révélant de nouvelles nuances, de nouveaux détails, une nouvelle histoire à raconter.