Daddy’s Home
St. Vincent (vinyle neuf)

Sixième album de l’américain St. Vincent, une pop rétro dans la pure tradition new-yorkaise avec de superbes mélodies et des grooves profonds !

Album vinyle neuf, disque 33 tours, Daddy’s Home de St. Vincent, Limited Edition, vinyle transparent, maison de disque Loma Vista.
Note de version : Vinyle, LP, Album, Limited Edition, Stereo, Clear, Europe, 14 mai 2021.
Code EAN : 888072231061.

Vendu avec cadre vinyle neuf, cadre en ABS injecté, système breveté Easy Frame®, fabriqué en France, insérez puis récupérez votre disque en quelques secondes pour l’écouter.
Vitre en plexiglas haute qualité optique.
Dimensions du cadre : 38 x 38 x 2 cm.

En savoir plus sur St. Vincent
En savoir plus sur

L’album “Daddy’s Home” de St. Vincent : Une mosaïque sonore des années 70 revisitée

En 2021, St. Vincent, de son vrai nom Annie Clark, a gracié le monde de la musique avec “Daddy’s Home”, un album riche et varié qui nous fait traverser une époque révolue tout en restant ancré dans le présent. Ce travail est un témoignage audacieux de la capacité de Clark à s’aventurer hors des sentiers battus, en s’inspirant des sons, des styles et des humeurs des années 70.

Origines et inspirations

“Daddy’s Home” n’est pas qu’une simple ode aux années 70. L’album est teinté d’une émotion profonde et personnelle, influencé par la sortie de prison du père de Clark en 2019. Cette épreuve familiale a laissé une empreinte sur l’artiste, lui offrant une perspective renouvelée sur des thèmes tels que le pardon, la rédemption et la complexité des relations humaines. Elle décrit elle-même cet album comme une “célébration des ombres et de leur guérison”.

Musicalement, Clark a puisé dans une gamme éclectique de genres – du funk au glam rock en passant par la soul. Les influences de David Bowie, Stevie Wonder et Pink Floyd sont palpables, tout en conservant l’unicité de St. Vincent. Les guitares sont toujours présentes, mais elles côtoient des claviers vintage, des chorales soul et des basses profondes qui rappellent les grooves inoubliables de cette décennie dorée.

Une exploration track par track

Dès le début avec “Pay Your Way In Pain”, l’auditeur est immergé dans un univers à la fois familier et étrange. La voix de Clark, filtrée et distante, nous interpelle, soutenue par des synthétiseurs éthérés. C’est une introduction audacieuse, qui pose le ton pour le reste de l’album.

“Down and Out Downtown” évoque les balades new-yorkaises, avec ses guitares chatoyantes et ses paroles mélancoliques. Clark se montre à la fois introspective et contemplative, méditant sur la solitude et la recherche d’appartenance dans une métropole bouillonnante.

La chanson titre, “Daddy’s Home”, est peut-être le cœur émotionnel de l’album. Elle est une ode à la complexité des relations familiales, avec une honnêteté brutale qui résonne chez de nombreux auditeurs. La production est luxuriante, combinant des éléments de soul et de rock psychédélique.

Alors que l’album avance, on découvre une variété de morceaux, chacun apportant sa propre nuance à l’ensemble. “Live In The Dream” est une immersion dans une ambiance presque hypnotique, tandis que “The Melting Of The Sun” rend hommage à des femmes influentes, allant de Joni Mitchell à Marilyn Monroe.

Réception et impact

L’album “Daddy’s Home” a été salué par la critique pour son audace, sa profondeur et sa maîtrise. Certains ont qualifié cet opus de “chef-d’œuvre modernisé des années 70”, tandis que d’autres ont souligné la croissance continue de Clark en tant qu’artiste.

Ce qui distingue “Daddy’s Home” dans la discographie de St. Vincent, c’est sa capacité à mêler l’intimité et le grandiose. Chaque chanson est une histoire, un fragment de la vie de Clark, mais aussi un morceau d’une époque révolue.

Conclusion

Avec “Daddy’s Home”, St. Vincent nous rappelle que la musique est un moyen puissant d’explorer notre propre humanité. C’est un voyage dans le temps, un hommage à une époque révolue, mais c’est aussi une exploration profonde de soi, des relations et de la complexité de la vie. Dans un monde en constante évolution, où la musique est souvent éphémère et oubliable, “Daddy’s Home” se distingue comme un album intemporel, à la fois ancré dans le passé et résolument tourné vers l’avenir.