Afro (VMP Club Edition)
Dizzy Gillespie (vinyle neuf)

Album vinyle neuf, disque 33 tours, Afro de Dizzy Gillespie And His Orchestra, Vinyl Me Please Club Edition, maison de disque Norgran Records.

Note de version : Vinyle, LP, Album, Club Edition, Reissue, Remastered, Mono, 180g, US, sept. 2022.
Référence : C064

Vendu avec cadre vinyle neuf, cadre en ABS injecté, système breveté Easy Frame®, fabriqué en France, insérez puis récupérez votre disque en quelques secondes pour l’écouter.
Vitre en plexiglas haute qualité optique.
Dimensions du cadre : 38 x 38 x 2 cm.

En savoir plus sur Dizzy Gillespie
En savoir plus sur

Dizzy Gillespie et son orchestre ont marqué l’histoire du jazz avec leur album innovant “Afro”, un chef-d’œuvre qui fusionne le jazz et les rythmes africains. Cet album, sorti en 1954, est une exploration audacieuse des racines africaines du jazz, une aventure musicale qui a ouvert la voie à de nombreux autres musiciens.

L’album commence par “Manteca”, une pièce qui est devenue un classique du jazz latin. Cette composition, co-écrite par Gillespie, Chano Pozo et Gil Fuller, est un mélange exaltant de jazz et de rythmes afro-cubains. Dès les premières notes, l’auditeur est transporté dans un monde où le jazz rencontre la musique traditionnelle cubaine. La section des cuivres, menée par Gillespie, joue avec une énergie contagieuse, tandis que la section rythmique crée un groove irrésistible.

Le deuxième morceau, “Tin Tin Deo”, poursuit dans cette veine. Cette composition, également co-écrite par Gillespie et Pozo, est un hommage à la musique afro-cubaine. Le jeu subtil de Gillespie à la trompette se mêle parfaitement aux rythmes complexes joués par les percussionnistes. La mélodie est à la fois douce et puissante, un exemple parfait de la capacité de Gillespie à fusionner différents styles musicaux en une œuvre cohérente.

“Algo Bueno” (également connu sous le nom de “Woody’n You”) est un autre moment fort de l’album. Cette composition de Gillespie est un standard du bebop, mais dans “Afro”, elle est transformée par l’inclusion de rythmes africains. La performance de Gillespie est brillante, démontrant sa maîtrise technique et son inventivité en tant qu’improvisateur. La section rythmique, avec ses patterns complexes, soutient parfaitement les solistes, créant une toile de fond riche pour leurs explorations musicales.

L’album prend un tournant avec “Con Alma”, une composition qui montre un côté plus introspectif de Gillespie. Ce morceau est une méditation mélancolique, un contraste avec les pièces plus énergiques de l’album. La mélodie est poignante, et l’interprétation de Gillespie est remplie d’émotion. La section rythmique joue avec une subtilité qui met en valeur la beauté de la composition.

“Ray’s Idea”, une composition co-écrite par Ray Brown et Gil Fuller, apporte une touche de swing à l’album. Cette pièce est un hommage au jazz traditionnel, mais interprétée avec le flair caractéristique de Gillespie. La section des cuivres brille, jouant avec une précision et une joie évidente. La section rythmique, tout en restant ancrée dans le swing, intègre des éléments de rythmes africains, créant un mélange unique.

“Lover Come Back to Me” est une reprise surprenante dans l’album. Cette chanson populaire est transformée par l’arrangement de Gillespie, qui y intègre des influences afro-cubaines. La performance est vive et pleine de vie, une démonstration du talent de Gillespie pour réinventer des mélodies connues.

“I Remember Clifford”, une composition de Benny Golson, est un hommage émouvant au trompettiste Clifford Brown. La performance de Gillespie est touchante, remplie de respect et d’admiration pour son collègue disparu. La mélodie est jouée avec une tendresse et une profondeur émotionnelle qui rendent cet hommage particulièrement poignant.

L’album se conclut avec “The Afro Suite”, une suite en quatre parties qui est le point culminant de l’exploration de Gillespie des rythmes africains. Chaque partie de la suite présente un aspect différent de la fusion entre jazz et musique africaine. La première partie, “Africana”, introduit la suite avec des rythmes complexes et une mélodie envoûtante. La deuxième partie, “Brazilliance”, apporte une touche de samba, tandis que la troisième partie, “Exotica”, explore des sonorités plus mystérieuses. La suite se termine avec “Asiatic Raes”, un morceau qui résume parfaitement l’ensemble de l’album, combinant jazz, rythmes africains et innovation musicale.

En conclusion, “Afro” de Dizzy Gillespie And His Orchestra est un album révolutionnaire qui a non seulement marqué l’histoire du jazz, mais a également ouvert la voie à de nouvelles explorations musicales. La fusion de Gillespie de jazz et de rythmes africains était audacieuse et innovante, et son influence se fait encore sentir aujourd’hui. Cet album est un témoignage du génie de Gillespie et de sa capacité à transcender les frontières musicales.